Action gouvernementale et parlementaire

PPL mesure de justice sociale : mon vote pour une AAH réellement améliorée

Notre majorité est engagée avec le Président de la République et notre gouvernement pour une amélioration substantielle de la situation des personnes en situation de handicap.

Les oppositions ont fait du sujet de la déconjugalisation de l’AAH’ un cheval de bataille veille d échéance électorale avec un texte déjà soumis au Parlement. Nous examinions jeudi une proposition de loi mesures de justice sociale revenue du Sénat notablement modifiée, et les oppositions ont posé un ultimatum au gouvernement à la majorité, en voulant faire voter conforme la version sénatoriale qui « déconjugalisait » l’allocation.

La majorité n’a pas failli sur ce sujet et au contraire proposé une amélioration de l’AAH sur un autre volet, son mode de calcul, afin de concrètement faire gagner aux ménages modestes par rapport à la situation actuelle le tout sans faire de perdants, dès le 1er janvier 2022.

J’assume parfaitement, respectant nos engagements de campagne, d’avoir soutenu l’offre de réelle amélioration pour les couples modestes comportant une personne en situation de handicap et éligible à l’AAH. L’AAH est une prestation nécessaire, elle n’en reste pas moins un minimum social, certes très singulier par rapport aux autres minimas sociaux.

Après avoir fait constater leur départ de l’hémicycle après le vote sur l’AAH, je note que les mêmes oppositions sont revenues quelques heures plus tard en hémicycle l’après-midi, pour coconstruire bien plus calmement et voter à l’unanimité un autre texte, une proposition de loi améliorant les retraites agricoles.

Le sujet des politiques publiques en faveur des PSH commande de la patience et de la persévérance, pour atteindre une société inclusive. Beaucoup reste à faire, notamment pour faire cesser des disparités outrageuses entre départements. Je demeure évidemment à la disposition avec tous les acteurs, avec lesquels j’ai d’ailleurs pu échanger de vive voix sur notre position, pour poursuivre et plus généralement avancer sur les différents fronts du handicap.

  • Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
  • 03 88 32 29 87