Tribune pour une Renaissance Ecologique !

Tribune - Pour une Renaissance Ecologique

L’Union Européenne est confrontée à une crise profonde, qui compromet la poursuite même du projet européen. En chinois, le terme crise « Wéijī » est l’association de deux sinogrammes, respectivement danger et basculement.

Nul ne peut contester la réalité des dangers auxquels l’Union Européenne est confrontée : le Brexit et l’affaiblissement collectif qui l’accompagne, la montée des populistes et de leur mensonge, l’impatience des peuples quant à la résolution effective des problèmes concrets auxquels ils sont confrontés, la défiance vis-à-vis des élites, la remise en cause de l’état de droit dans certains états membres, la course à l’hégémonie des pays-continents comme les États-Unis, la Russie, la Chine ou l’Inde, les menaces sur la paix internationale qui en résultent.

A ce moment crucial du basculement du destin de l’Europe, les citoyens européens ont le pouvoir de transformer ce danger mortel en opportunité.

Il est temps de retrouver le souffle et l’élan qui ont conduit à la création de l’Union Européenne ! Le dessein des pères fondateurs a été de rendre impossible un nouveau conflit européen, en associant par la coopération et l’intégration économique l’Allemagne et la France, deux pays en guerre trois fois en 70 ans. Cette réussite collective des européens a apporté aux états membres 80 années de paix inédite en Europe.

C’est un nouveau souffle, un nouvel élan qu’il s’agit de trouver dans le défi fondamental du siècle : la lutte contre le réchauffement climatique et la préservation de la biodiversité, pour la survie et le bien collectif de l’humanité.

L’Europe a déjà beaucoup agi contre le réchauffement climatique. Elle assure sa responsabilité mondiale en étant à la pointe des engagements souscrits dans le cadre des accords de Paris. Mais elle peut et doit faire encore mieux, notamment pour faire face au retrait des Etats Unis et l’impérieuse nécessité de maintenir le réchauffement climatique sous deux degrés. Et cet effort n’a de sens que si l’Europe mobilise l’ensemble de ses ressources considérables dans un cadre concerté.

Pour parvenir à atteindre la neutralité carbone à l’horizon 2050, les financements doivent être à la hauteur de l’enjeu : c’est la raison pour laquelle notre liste Renaissance propose la création d’une Banque européenne du climat.

Ces financements supplémentaires doivent favoriser le développement rapide de l’innovation de rupture et des technologies « Made in Europe » dans tous les domaines : production et stockage de l’énergie avec la batterie électrique de nouvelle génération et le moteur à hydrogène, rénovation thermique des bâtiments existants avec des matériaux plus performants et de source renouvelable, techniques de conception et de production propres à favoriser la réparation et le recyclage des produits, innovations numériques. Ils doivent aussi permettre d’accompagner les transformations fondamentales de nos façons de produire et de consommer, que cela soit par l’aide aux régions européennes les plus impactées par le renoncement aux énergies fossiles comme les régions charbonnières de l’Est de l’Europe, la formation aux nouveaux métiers de l’économie verte, les aides sociales favorisants l’adoption par les plus modestes de nos concitoyens des nouveaux comportements vertueux, sans oublier l’intensification de l’aide internationale aux pays émergents, les plus menacés par le dérèglement climatique en commençant par l’Afrique avec laquelle l’Union Européenne se doit de développer une coopération exemplaire.

Il est temps d’agir ! Avant que d’autres puissances ne décident des règles du jeu. Avant qu’il ne soit trop tard. Nous le devons aux valeurs d’humanisme et de progrès incarnés. Nous le devons à nos enfants, à nos petits-enfants et à tous ceux que nous ne connaissons pas encore.

J’invite donc mes concitoyens à faire avec détermination et espoir le choix de la renaissance européenne, pour une Europe de pays unis dans la diversité, plus souveraine, plus innovante, plus solidaire, plus écologique.

  • Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
  • 03 88 32 29 87