Je soutiens le référendum d’initiative partagée pour le bien-être animal

Ces derniers temps, de nombreux citoyens de ma circonscription et d’ailleurs m’ont alerté sur la question du bien-être animal, demandant une prise de position de ma part quant au Referendum d’Initiative Partagée pour les animaux porté par le secteur associatif. Ayant co-signé une tribune en novembre 2019 avec 82 autres députés dans le sens de l’amélioration de la condition animale, je concrétise cette volonté en apportant mon soutien à l’initiative de ce référendum.

Les mesures préconisées s’inscrivent dans la continuité d’une dynamique actuelle de transformation des mentalités sur la question du bien-être animal. Les secteurs directement concernés par ce projet ne seront pas mis de côté, en effet, il est prévu de les accompagner socialement et économiquement dans leur transition.

Concrètement, de quelles propositions parle-t-on ?

6 mesures sont présentées : l’interdiction de l’élevage en cage, de la construction de tout nouvel élevage intensif sans accès au plein air, la fin de l’élevage des animaux pour leur fourrure, l’interdiction de la chasse à courre et sous terre, l’interdiction des spectacles avec animaux sauvages ainsi que de l’expérimentation sur les animaux lorsque des alternatives existent.

Quelle pertinence de ces propositions ?

Les chiffres sont parlants, la société évolue : par exemple, l’élevage de volailles hors cage est passé de 18% en 2010 à 53% en 2020. Ce sont en outre 44 pays dans le monde et 22 pays européens qui ont interdit les animaux sauvages dans les cirques. La France s’est déjà investie pour la formation de nos chercheurs et leur accompagnement sur le sujet des alternatives à l’expérimentation animale. Enfin, une vie à l’air libre pour les animaux représente un pas de plus vers leur reconnaissance en tant qu’êtres vivants doués de sensibilité (par ailleurs inscrite dans le Code Civil depuis le 28 Janvier 2015).

Voilà les éléments qui ont motivés ma décision. Je vous remercie pour vos sollicitations et vous encourage bien sûr à continuer à m’interpeller sur les sujets qui vous semblent importants !

  • Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
  • 03 88 32 29 87