Mon intervention en commission des Affaires Européennes

Ce mardi 8 décembre 2020, la commission des Affaires Européennes s’est réunie pour examiner le rapport d’information et la proposition de résolution européenne sur le bilan et les perspectives d’Erasmus +.

Ce programme de l’Union Européenne, créé il y a plus de 30 ans déjà, est très populaire notamment chez les jeunes étudiants.  Chaque année, Erasmus + continue d’accompagner de nombreux jeunes pour une mobilité à l’internationale, formatrice tant sur le plan professionnel que personnel. Toutefois, force est de constater qu’Erasmus + laisse encore à désirer en termes d’inclusion, que ce soit pour les jeunes en formation professionnelle ou encore pour les personnes porteuses de handicap.

En 2018, j’ai rendu un rapport dans le cadre du projet de loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel dans lequel je faisais le constat des nombreuses difficultés d’accès à la mobilité internationale pour les jeunes issus des filières techniques. Vous pouvez retrouver mon rapport en cliquant ici.

Malgré tous nos efforts, je ne peux que déplorer que le programme Erasmus + concentre toujours un déficit d’équité par rapport aux étudiants des filières universitaires classiques

C’est pourquoi, j’ai souhaité prendre la parole ce mardi en commission, pour recentrer le débat autour de ces enjeux et promouvoir une Europe de l’inclusion ! En effet, il me semble important de rappeler que seuls 0,17 % des personnes en situation de handicap ont pu bénéficier d’une mobilité internationale. 

 

Je vous invite à retrouver mon intervention ci-dessous : 

 

  • Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
  • 03 88 32 29 87